Durant la journée bien organisée par LPO dans la forêt de Seygne, dimanche 20 février, les très nombreux visiteurs ont pu constater que l’entreprise responsable du massacre de la voie romaine était repassée pour « nettoyer » les abords et faire disparaître les gravats et branches abandonnés. Néanmoins, le pavage de la voie romaine a bel et bien disparu…

Selon les toujours plus nombreux témoignages des riverains (photos à l’appui), le chantier s’est déroulé en toute confidentialité et sans annonce visible sur la voie publique, durant le mois de janvier. Il aurait duré une journée, aux dires de la mairie interrogée par un riverain.

Le tracé qui emprunte la voie romaine avait été proposé dans l’étude d’impact d’Engie pour le projet photovoltaïque de la forêt de Seygne. Ce projet est actuellement attaqué au tribunal administratif par Amilure, LPO et FNE. Il n’est donc pas validé : le permis de construire n’a pas été déposé, l’enquête publique n’a pas eu lieu, et la préfecture n’a pas donné son accord. On peut supposer que, lors de l’enquête publique, ce tracé aurait été forcément rejeté !

Nous avons envoyé une dizaine de courriers de demande d’information aux différentes institutions. Nous avons eu, à ce jour, deux réponses dont celle de la DRAC qui s’étonne de la situation. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des précisions, ou des silences, de la mairie d’Ongles et d’Enedis !

Nous savons déjà que la DRAC et l’ONF n’avaient reçu aucune demande.

Que s’est-il vraiment passé ? Enedis (qui n’a pas répondu à nos demandes à ce jour) peut-il passer « en force » au-dessus des règles ? Plus que jamais, nous restons vigilants face à ces inexcusables dégâts et atteintes au patrimoine et à la biodiversité.

Nous poursuivons notre enquête.

 

Forêt de Seygne : suite de l’enquête

Un commentaire sur « Forêt de Seygne : suite de l’enquête »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut