Prémisses

Un projet de centrale photovoltaïque couvrant 16,7 hectares des territoires accessibles de la montagne de Lure, sur la commune de Cruis, visible à des kilomètres à la ronde, menace de dégrader à court terme une partie significative de la montagne :

Vue sur la montagne de Lure depuis le sud, notamment de Montlaux

Sur le montage ci-dessus, qui reprend exactement le périmètre du projet tel que défini dans l’étude d’impact, l’implantation photovoltaïque est représentée en blanc. À cet endroit, la pente est d’environ 18%, ce qui laisse prévoir une grande visibilité en élévation. On constate par ailleurs que la zone est entourée d’espaces cultivés ou cultivables, à l’encontre des critères d’implantation de la DDT. Le village de Cruis, à l’ouest, paraît tout petit par comparaison.

Pétition

Plus de 19 000 personnes ont signé une pétition en ligne contre le projet – vous pouvez accéder à cette pétition et y ajouter votre signature.

Analyse​

Qu’importe qu’un permis de construire ait hâtivement été accordé en février 2017. Aujourd’hui, ce projet bafoue la nature et ne respecte absolument pas les recommandations émises en juin 2018 par la Direction Départementale des Territoires (DDT) de notre Département. Voir le détail de notre analyse.

Pourtant, l’opérateur persévère et souhaite avancer, sans aucune considération pour cette situation contradictoire.

Outre l’atteinte au site naturel, ce projet entraîne la destruction d’une forêt en pleine régénération qui devrait être et demeurer intouchable et menace de disparition plusieurs espèces de faune et de flore protégées, dont deux espèces d’oiseaux.

Opposée aux inutiles, dévastateurs et coûteux projets d’éoliens industriels, mais bien sûr résolument attachée à une transition énergétique maîtrisée, l’Association « Les Amis de la Montagne de Lure » s’est prononcée pour soutenir des projets photovoltaïques respectant, a minima, dans l’esprit et la lettre, le guide émis rédigé par la DDT 04. 

Ce projet auquel s’opposent de très nombreux habitants et visiteurs des communes concernées, démontre encore une fois le rôle et les positions néfastes prises par des opérateurs peu soucieux de l’intérêt général et de la conservation de notre territoire et de ses sites naturels.  

On accède ici à l’étude d’impact sur l’environnement par l’industriel Boralex ainsi qu’à sa demande d’autorisation pour défrichement.

Actions

Nous avons fait part au préfet de notre position et du succès retentissant de la pétition.

Nous n’avons pas été entendus par la préfecture, ni par la sous-préfecture de Forcalquier en charge des autorisations des différentes instances (guichet unique). Il restait cependant un verrou à lever pour le projet : la dérogation pour espèces protégées requise par l’opérateur puisque des espèces végétales et animales protégées avaient été identifiées sur le site. 

La DREAL a instruit ce dossier, en accompagnant l’opérateur dans sa proposition de mesures compensatoires, démarche obligatoire pour obtenir la dérogation. Le CNPN (Conseil national de la protection de la nature) a ensuite statué sur ce dossier, en rendant un avis défavorable.

Contrairement à l’usage selon lequel la DREAL appuie l’avis du CNPN, elle a transmis à la préfecture un projet d’arrêté favorable, ce qui a permis au préfet d’invoquer une décision de la DREAL. Il est intéressant de constater dans les dates des documents échangés à cette occasion, visibles ici, que la DREAL a rédigé sa synthèse avant même que l’opérateur ne réponde aux arguments du CNPN. La pression de la préfecture sur cette décision est parfaitement visible.

L’arrêté préfectoral a été émis le 17 janvier 2020. Le 12 mars 2020, un recours gracieux a été déposé par nos soins invoquant les multiples irrégularités de la procédure. Deux mois plus tard, l’absence de réponse de la préfecture signifiait le rejet de ce recours mais début juillet le préfet a néanmoins formulé son rejet. Le 15 juillet nous déposions un recours contentieux qui nous amènera au Tribunal Administratif de Marseille.

Il semble que, depuis, l’opérateur ait décidé de surseoir aux travaux de défrichement qui auraient dû commencer début septembre 2020 – à confirmer.

Par ailleurs, un groupe d’action local, « Elzéard, Lure en résistance », s’est constitué pour combattre ce projet ainsi que celui d’Ongles. Dans ce contexte une manifestation s’est déroulée sur Cruis le 5 juillet, relatée dans ces pages.

Communication

Le 29 juillet 2020, La Provence a publié un article sur le groupe Elzéard et les projets d’Ongles et de Cruis. Comme ce texte comprenait un certain nombre de faussetés dans le discours des élus interrogés, nous avons voulu les corriger pour lutter contre la désinformation de la population.

Dans le cadre du projet de Cruis, ces corrections ont pris la forme d’une tribune, publiée sur le site d’information Cruis citoyen.

index projet : #cruis-aubert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut