Alerte ENR : la région attaque – réagissez !

Que se passe-t-il ?

Nous sommes cernés. D’un côté, la région (lire notre article sur le SRADDET) a mis au point un plan d’attaque pour multiplier (au moins) par 6 l’espace occupé par des éoliennes et des panneaux photovoltaïques sur notre territoire de montagne de Lure-plateau d’Albion. Par ailleurs RTE (les réseaux électriques – lire notre article sur le projet d’extension) s’apprête à augmenter les capacités d’acheminement et de transformation d’électricité, sans quoi les objectifs du SRADDET ne pourraient pas être atteints. Enfin, l’État (lire notre article sur la loi ASAP) a pris soin de savonner la planche pour faire glisser tout ça sans qu’on puisse faire valoir un site remarquable, une biodiversité menacée ou des espèces protégées.

Nous assistons donc à une montée en puissance spectaculaire de la colonisation photovoltaïque mais aussi éolienne, la plus dommageable et la plus improductive, en même temps qu’au rabotage des outils de discernement permettant de distinguer les projets vertueux des atteintes à la nature injustifiées.

Que pouvons-nous faire ?

RTE a lancé une consultation en ligne pour recueillir l’avis des habitants sur ses projets d’expansion. Malgré tout le mal qu’on pourrait en dire, il n’est pas clair que cela aura un impact sur les décisions, mais c’est pour l’instant le seul moyen de se faire entendre.

La consultation s’est ouverte le 9 décembre 2020. Il faut intervenir avant sa clôture, le 3 février 2021.

Nous n’avons donc que quelques jours pour réagir. Visitez cette page, consultez au besoin les documents qui vous sont proposés, puis cliquez sur vos contributions pour exprimer votre point de vue. 

Cette opération est restée confidentielle et, à l’heure d’écrire ces lignes, nous savons qu’il existe des contributions en cours de modération depuis au moins le 21 décembre, mais aucune n’est pour l’instant publiée. L’information annonçant qu’aucune contribution n’a été faite, au 6 janvier, est donc fausse et trompeuse.

Note : RTE nous informe que les contributions qui ont été émises sont en cours de traitement : elles ne seront publiées qu’accompagnées des réponses de l’opérateur. La démarche apparaît comme une tentative de neutralisation par anticipation des avis défavorables.

Quels sont nos arguments ?

Chacun a sa propre analyse. Mais pour vous aider à étayer votre position, voici quelques points qui peuvent être soulevés :

  • les émissions de CO2 ne seront significativement réduites en France qu’en agissant sur le transport, le chauffage et, surtout, la sobriété énergétique, compte tenu notamment de l’origine principalement nucléaire de notre électricité – les ENR n’auront que très peu d’impact sur le dérèglement climatique,
  • la dynamique annoncée ici, couplée avec le SRADDET PACA, aura des effets dommageables irréversibles sur la nature, la biodiversité, les espèces protégées et le paysage,
  • on compte donc s’attaquer à l’environnement au nom de l’écologie,
  • pourtant, contrairement à ce qu’on entretient dans l’opinion, l’économie de ces installations industrielles n’est pas soutenable, et n’est artificiellement maintenue aujourd’hui que grâce aux soutiens de l’Etat (c’est grave pour le photovoltaïque et encore pire pour l’éolien),
  • tandis que la loi ASAP désamorce par avance tout questionnement citoyen des projets de centrale et ouvre la porte à tous les abus,
  • et cette consultation ne permet pas d’entrevoir l’impact des futurs projets de production, des futurs postes de transformation ni des futures lignes de transport.

Si vous habitez à proximité des sites prévus, témoignez pour votre environnement immédiat. Vous pouvez joindre des photos.

Que voulons-nous obtenir ?

Nous demandons que les ambitions exprimées dans les documents de cette consultation soient revues à la baisse, pour ne prendre en compte que le potentiel en surfaces artificialisées, et que les implantations en milieux naturels fassent l’objet d’une étude de terrain plus respectueuse de l’environnement et des habitants, et donc que le déploiement du réseau de transformation et de transport soit ajusté en conséquence.

Alerte ENR : la région attaque – réagissez !

6 commentaires sur “Alerte ENR : la région attaque – réagissez !

  1. Lorsque l’on commence à augmenter les réseaux Très Haute Tension, cela veut dire que l’on se prépare à y transiter de très grosses puissances (centaines de mégawatts).
    Une fois ces travaux de renforcement effectués, on nous mettra la pression en prétextant qu’il faut rentabiliser l’investissement !
    S’il ne s’agissait d’ajouter que quelques dizaines de mégawatts, ENEDIS devrait être en mesure de les absorber.
    Ça sent la magouille gouvernementale à plein nez, nos technocrates se sont engagés sur une augmentation des énergies renouvelables sans mesurer les conséquences sur l’environnement au nom de la Sainte Décarbonatation.
    Nos centrales nucléaire ne produisent pas de CO², alors construisons des éoliennes dont la construction en génère de grosses quantités, ainsi que la fabrication du photovoltaïque, mais là c’est moins grave puisque pas chez nous !!!
    Nos gouvernants marchent complètement sur la tête et fonctionnent en fonction du sens du vent comme les éoliennes !

  2. Pas question d’augmentation des capacités d’acheminement de l’énergie électrique.
    Nous sommes contre, sachant que notre région n’en a pas besoin; et quand bien même, le surplus nécessaire est sans aucun doute disponible. La faune et la nature environnante nécessitent beaucoup plus d’attention que ces “fausses” considérations énergétiques. La crise virale que nous vivons depuis près de un an devrait faire réfléchir ces “décideurs”, et la question est : Souhaitez vous détruire ce qu’il reste de viable sur notre planète ???
    Ou bien détruire pour satisfaire l’appât financier d’actionnaires ?
    Après moi le déluge ? C’est bien ça dont il s’agit ?
    Réfléchissez à ce que penseront vos enfants de vous… Bonne année !

  3. Pouvez-vous rendre visible à toutes et à tous le schéma d’implantation territorial des installations solaires et éoliens de la Région PACA? Cela nous ferait gagner beaucoup de temps sur sa recherche dans le gros pavé du SRADETT 2019. Merci

    1. bonjour Patrick,
      dans le schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires, il y a des prescriptions mais pas de schéma d’implantation solaire et éolien

  4. La clé en matière d’énergie est LA SOBRIETE ! Sans revenir à la bougie, le marché européen privé de l’électricité appelle de ses vœux une augmentation exponentielle de la demande ! On cache cette réalité derrière la sacro-sainte décarbonisation …
    Ainsi un potentiel de profits financiers phénoménaux se profile à l’horizon. Potentiel boosté par le caractère aléatoire des ENR ! D’où la nécessité de se doter d’une structure de réseau permettant des flux importants d’énergie en tous sens ! Avec son corollaire le compteur communicant LINKY.
    On se moque complètement de nous. Il est temps d’exiger une réelle politique de sobriété, en tout cas de cesser de proposer tous les jours des nouveaux besoins superflus !! Seule issue possible pour sauver notre planète.

  5. salut Amilure,
    Je vous rejoints sur la question du potentiel à prendre en compte., et je rejoints l’analyse de JBR.
    Quand même Amilure, c’est un poil sophiste de réfuter les énergies renouvelables au prétexte qu’elles ont peu de poids dans la lutte contre le dérèglement climatique. Et l’alternative aux énergies fossiles alors ?
    Bon, une prospective des besoins des territoires en matière de réseaux c’est pas idiot, c’est même conseillé. Mais ce schéma ne vaut pas mieux question sophisme. Car projeter une adaptation du réseau en se prévalant des orientations régionales est un tantinet abusif.
    On y lit que le schéma propose de desservir quatre territoires ruraux présentant “des perspectives de développement de parcs photovoltaïques au sol”. Les plus impactés seront le plateau d’Albion (84 et 04), le Buëch-Rosanais (05), la Haute Provence (04).
    C’est abuser, car le potentiel des énergies renouvelables, acté dans le schéma de développement durable, est un état des lieux, pas une adhésion de la population. Les habitants auraient leur mot à dire sur ce schéma, en préalable à tout projet, enfin hors modèle soviétique, ou chinois.
    Dans la pratique, comment ça va se passer ? Héhé pour chaque ouvrage, RTE va justifier sa demande d’autorisation de construire par l’existence d’un projet photovoltaïque, et vice-versa. J’imagine une pépinière de dossiers autogames simplifiés et accélérés, pour tout dire fertilisés à la loi ASAP.
    Pour l’égalité des territoires, on repassera. La métropole a besoin d’énergie ? la solution : faisons un plan pour installer des usines solaires dans la campagne lointaine, et laissons les ruraux s’arranger avec les maquignons du solaire industriel.
    Les défenseurs des paysages, des fleurs, et des bestioles sauvages, n’ont pas fini de batailler …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut