Pétition pour stopper le désastre

Nous venons de mettre en ligne une pétition pour interrompre la prolifération de projets photovoltaïques et éoliens industriels en zone naturelle sur notre territoire, tant que la totalité des sites anthropisés n’aura pas été utilisée à cette fin.

Signez cette pétition, qui a tout de suite recueilli près de 1000 signatures et dont le texte est repris ci-dessous. [2000+ signatures au 19 avril]

_____________________________________

Gel des projets EnR industriels dans le 04 et le 84 : un moratoire pour arrêter le massacre

Amilure, dans le cadre de sa lutte continue, depuis 5 ans, pour défendre les patrimoines naturels et culturels de la montagne de Lure et du plateau d’Albion, demande l’arrêt des projets EnR industriels sur ce territoire.

Nous demandons à la préfète des Alpes-de-Haute-Provence (04) et au préfet du Vaucluse (84) de déclarer en urgence un moratoire sur les projets de développement d’énergies renouvelables (EnR) industriels qui ne s’inscrivent pas dans des zones anthropisées, comme des ombrières, des friches industrielles, des toitures…

Pourquoi ce moratoire ?

La Montagne et Lure et le plateau d’Albion sont des paysages emblématiques de notre région et le bassin d’une biodiversité remarquable. Aujourd’hui, un nombre important de projets, notamment photovoltaïques, menace notre territoire démontrant hors de tout doute que les sites anthropisés sont négligés au détriment de nos espaces naturels et culturels.

RTE, le gestionnaire des réseaux électriques, dans le cadre de son dernier rapport S3REnR (Schémas régionaux de raccordement au réseau des énergies renouvelables), établit pour la zone « Vaucluse et pays d’Arles » que « La capacité d’accueil (Poste du Plateau d’Albion) réservée au titre du présent schéma a été adaptée à 80 MW au lieu des 180 à 300 MW envisagés précédemment, ceci compte tenu des potentiels photovoltaïques sur surfaces anthropisées (toitures, parkings…) identifiés sur ce secteur et des enjeux paysagers, agricoles et naturels mentionnés dans les contributions reçues. » 

Cette adaptation du schéma prend en compte le fait que :

« …près de 400 MW de capacités envisagées en zones rurales (plateau d’Albion et Haute-Provence) ont été transférés vers des zones fortement urbanisées disposant d’un potentiel élevé de photovoltaïque sur surfaces artificialisées (les 3 métropoles régionales et la vallée du Rhône). Ces ajustements permettent de mieux tenir compte des enjeux paysagers, agricoles et naturels des territoires et de conforter la cohérence avec l’objectif du SRADDET (Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires) de privilégier le développement du photovoltaïque sur toitures et parkings. »

Ces évolutions techniques, pas toujours compréhensibles par les non-spécialistes, signifient simplement que la Montagne de Lure et le plateau d’Albion ne doivent plus être défigurés par les installations industrielles d’EnR conduites par les opérateurs tant que les espaces urbanisés et industrialisés n’auront pas tous été utilisés.

Un moratoire EnR sur toutes les surfaces naturelles s’impose donc en toute logique, afin de s’assurer que la TOTALITÉ des sites anthropisés soit exploitée, et ce,  AVANT TOUT développement de projets portant atteinte aux paysages et à la biodiversité de notre région.

Par ailleurs, les Amis de la Montagne de Lure demandent la mise en place immédiate d’états généraux des EnR dans notre secteur, ouvrant une consultation citoyenne dans le cadre de la cartographie des sites industrialisables exigée par le Ministère de la Transition Écologique.

Nous avons l’opportunité d’implanter des EnR dans des zones anthropisées où l’impact sur les espèces vivantes et le patrimoine sera moindre, et de dialoguer sur le développement des projets dans notre région. Il est impératif de nous en saisir.

Signez la pétition pour stopper ce désastre.

Adhérez à Amilure pour nous aider à continuer le combat.

 

Pétition pour stopper le désastre

2 commentaires sur “Pétition pour stopper le désastre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut